W . A . D . D . I . W . A . S . I

Tu as toujours rêvé de tenir une baguette entre tes doigts ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Matinée Maussade

Aller en bas 
AuteurMessage
Lou Valentino
Inactif
avatar

Féminin Nombre de messages : 4
Age : 27
Maison : Servantard
Phrase du Jour : : Le Destin Bat Les Cartes ... Les Hommes Jouent!
Date d'inscription : 18/10/2008

MessageSujet: Matinée Maussade   Mar 21 Oct - 15:13

Les cours avaient été suspendus ce matin là. Certainement une réunion du corps enseignant. Qu’importe, Lou était attablée aux bureaux de la bibliothèque. La pièce était déserte à cette heure, nombre de ses comparses ayant profité de ces rares instants de liberté pour aller profiter du grand air. En effet, l’automne approchait à grands pas et les lueurs solaires se faisaient de plus en plus rares. Les yeux rivés sur son parchemin, notre demoiselle planchait ferme sur son devoir d’Histoire de la Magie.

Les enjeux de la Révolte des Gobelins, en 1896.

Bloody-Lou esquissa l’ombre d’un schéma sur son parchemin, resté vierge. Derrière son bureau, madame Pince discutaillait avec un morveux de première année. Lou leva les yeux au ciel, exaspérée. Elle détestait tout ce qui était jeune, de teint rose pâle … Elle ne supportait plus leurs manières mièvres et réservées. Qu’ils s’affirment, non d’une chouette ! Mais non, le gamin se contentait de rester planté là, le nez baissé, les yeux larmoyants. Pathétique !
Lou referma son livre d’un mouvement sec qui fit sursauter sa voisine. Celle-ci aurait voulu protester mais le regard noir que lui assena notre demoiselle la convainc de se taire. Sans lui prêter plus d’attention, Lou rassembla ses affaires, traversant les lieux de sa démarche hautaine et suffisante, comme de coutume. Lorsqu’elle parvint à hauteur du petit garçon, celle-ci lui adressa un rictus sarcastique avant de quitter enfin les lieux, dans un dernier claquement de langue désapprobateur …


*Tsss … Quel gâchis … rendez vous compte, accueillir de tels trolls dans notre école de renom … Encore un sang-de-bourbe, à n’en point douter !*

Toute à ces réflexions, notre princesse gravit les escaliers de marbre, en direction du corridor Est. Elle ne prit pas la peine de s’excuser lorsqu’elle heurta une silhouette esseulée. Le môme se mit à chouiner et aussitôt un attroupement grotesque se forma autour du petit geignard. Sans même prendre la peine de se retourner, Bloody-Lou continua sa route, dévisageant portraits et armures d’un regard inquisiteur.

*C’est ça consolez le … Pourquoi ne pas lui donner le sein tant que vous y êtes*

Notre demoiselle parvint aisément dans la salle sur demande, pièce secrète qui lui offrirait le calme dont elle avait besoin. Son devoir ne se rédigerait pas solo pendant la nuit. Tout en soupirant, extenuée, Lou passa trois fois devant le mur de pierre noircie, comme le voulait la tradition. Le pan de mur coulissa, révélant une porte de bois vernie, scellée d’un verrou invisible. Le loquet sauta sur ses gongs à l’approche de notre jeune fille qui pénétra dans la pièce.
L’espace était calme et reposant. Une unique pièce, circulaire, de taille moyenne recelait une bibliothèque de taille. De lourds volumes, reliés de cuir, avaient été déposé là, à l’attention des visiteurs. Un bureau de chêne massif trônait en son centre tandis que des torches se consumaient doucement, baignant les lieux d’une pale aura blanchie. Sans plus attendre, Bloody-Lou ôta sa cape de velours sombre, relevant ses cheveux sur ses épaules dénudées … Pour l’heure, elle devait s’y coller … Le repas ne tarderait guère à être servi. Une fenêtre donnait sur la cour. Lou esquissa un sourire méprisant tout en jetant un coup d’œil vers l’extérieur. En un battement de cils, celle ci dressa le tableau. Une douzaine d’élèves chahutaient de ci de là, en petit comité. Saleté de populace … Elle aurait donné cher pour faire son tri … A commencer par ce Potter qui l’insupportait au plus haut point … Monsieur se pavanait sans cesse avec son copain traître à son sang, faisant fi de l'espace vital dont avait besoin notre demoiselle. Pff ... Et dire qu'il se faisait apelé le "Survivant". Encore une maniguance puérile que Lou abhorrait. Quitte à se trouver des noms de code, elle aurait trouver "Emmerdeur" plus plausible.Sans s'attarder davantage, Lou ferma la lucarne et tira les rideaux. Puis, parcourant la pièce de ses grand syeux sombre, inquisiteurs, elle retira un livre de son étagère. Enfin quelque chose d'interessant. Curieuse, les sens éveillés, celle ci s'assit au bureau, aposant le lourd volume devant elle. Sur sa couverture, une citation était gravée en guise de titre. Nul nom d'auteur ne subsistait.


Le Pourquoi du Comment.

Etrange ... Trop étrange même pour être annodin. Lou parcouru rapidement le paragraphe qui tenait lieu d'introduction ... Peu à peu, la pénombre se dissipa dans son esprit, une lueur de compréhension vascillant dans son regard. Elle ne soufflait mot, s'abreuvant des lignes régulières, en caractères cruciformes. Seul hic ... Le tout était rédigé en latin ancien.

*Une thèse ... Je tiens entre les mains la thèse d'un ancien étudiant, visiblement de Serpentard ... Interessant ... Mais je devrais parfair emes cours de latin, je risque fort d'en avoir besoin!*

Le paragraphe s'achevait sur une série de problématiques.

Pourquoi les moldus sont ils des sous-êtres? En quoi une purge de ces individus notoires serrait elle bénéfique à notre communauté?

Le livre était daté de 1501, à savoir vieux d eprés de quatre siècles. Lou considéra le livre, scrutant les contours de ce receuil. A l'interieur se trouvait certainement une vérité, une histoire, un véritable mouvement de pensée ... Révolutionnaire!

*Pour une fois ... Je peux bien me permettre de remettre ce foutu devoir à plus tard ... Binns attendra!*

Sans plus, attendre, Bloody-Lou se replongea dans sa lecture. Une demi heure plus tard, des pas feutrés se firent entendrent, troublant la concentration qui la submergeait dés lors. Vivement, notre belle demoiselle releva la tête, ses grands yeux sombres scrutant la porte qui venait de s'entrouvrir ... Une silhouette familière se tenait dans l'encadrement. Lou rassembla ses affaires avec précipitation, ce qui n'échappa pas au regard étonné de son observateur. Certes,nul ne pouvait s'attendre à la trouver ici à cette heure mais Lou se fichait eperdument d ece que les gens pensait d'elle. Elle n'avait que trés peu d'amis et ne s'attardait guère sur ce genre de niaiseries. D'ailleurs, elle mettait un point d'honneur à son indépendance et ne justifiait jamais ses actes. Les autres avaient toujours tord. Tout comme l'ahuri qui venait d'entrer et qui resté scotché à la porte d'entrée, comme un lutin que l'on aurrait pétrifié. Lou lui assena un regard dur et mesquin. nul ne devait découvrir l'existence d ece livre ... Elle tenait peu être là une arme sans égale, à la hauteur de ses ambitions et ne permettrait pas qu'un imposteur mette la main dessus. Ah ça non. Avec un peu de chance, la fin du temps des sang mêlés viendrait enfin, offrant un terrain fertile aux sorciers. Une nouvelle ère, Lou en rêvait chaque nuit depuis maintenant deux ans. Lorsqu'on savait l'apprivoiser ... L'ambition pouvait devenir une réalité sans égale! C'est d'une voix glaçaile qu'elle reprit donc, à l'attention du trouble fête, dissimulant tant bien que mal le bouquin dans la poche de sa sombre cape.

"C'est quoi ton problème ... Tu veux ma photo? Tu pourrais au moins dire bonjour, je ne vais pas te mordre!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://waddiwasi-hp.forumactif.fr/x-repartion-effectuee-f9/lou-v
 
Matinée Maussade
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» un matin maussade
» Une matinée entre amie [Nuage de Rêve]
» Et une matinée ennuyeuse de plus, une ! (libre !)
» aller !!On rigole un peu avec ce temps maussade..
» Mauvaise matinée [Taylor D.]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
W . A . D . D . I . W . A . S . I :: x Poudlard :: x Cinq, Six et Septième Etage :: x La Salle sur Demande-
Sauter vers: